Lettres à un ami

Salut mon ami,  

Le vent froid de l’automne m’a amené, cette fin de semaine, une nouvelle qui m’a donné froid dans le dos. Un froid si grand qu’une brume a envahi mes yeux.  Une de ces nouvelles qu’on n’a jamais le goût d’entendre, le genre de nouvelle qui t’oblige à te demander : ”Est-ce que j’aurais pu faire quelque chose?” Le genre de nouvelle qui  nous oblige à nous regarder dans le miroir et à se dire : ”ça aurait pu être moi…”   Ça aurait pu être moi à plusieurs niveaux :le rythme de vie, le travail et nos obligations qui nous détournent trop souvent du VRAI. Le vrai de vrai qui ne devient VRAI qu’une fois que nous le perdons et qu’il ne fait plus partie de la routine de notre vie. Un proverbe dit : ”Nous n’apprécions les choses qu’une fois que nous les avons perdu………..” La chute est parfois douloureuse, sans fin, sans issueaux yeux du gars qui a perdu. Au fond, que vaut le passé si nous ne corrigeons pas la suite des choses? Le passé ne peut malheureusement pas être changé. Il faut voir la vie comme rouler en auto, il y a un petit miroir pour regarder en arrière et un énorme pare-brise pour regarder en avant. Il y aura sûrement, dans les prochains jours et prochains mois, des doutes, des peines et des obstacles qui te paraîtront infranchissables….tu auras l’impression de ne plus avoir d’essence dans le réservoir. Regarde alors au loin dans ton pare-brise de vie, tu verras sûrement unestation-service pour faire le plein, le plein d’espoir et d’énergie! Là, il y a André, l’homme fort pour qui tout allait toujours bien. Maintenant, André fait face au plus gros des combats, celui de combattre ses démons. La force, toutefois, pour combattre ses démons doit venir de l’intérieur. J’ai le goût, André, de voir ta force intérieure. La  force qui oblige à vivre sa peine et ses douleurs. Le genre d’émotions que, comme homme, nous ne nous permettons pas assez de vivre, de crier!!! Au fond, depuis qu’on est petit que la société et nos familles nous inculquent qu’il ne faut pas pleurer, qu’il est préférable de se taire plutôt que d’exprimer nos émotions comme homme!!! Montre-moi l’homme fort, mais je crois qu’il faut avant ça que le petit gars sorte……  Je ne peux que te souhaiter bonne chance et te redire deux choses que je t’ai déjà dites : tu peux compter sur moi si tu as besoin de quelque chose et que je t’aime mon ami!!!!!   

Ton chum XX    

Je te laisse avec un proverbe : ” Le bonheur, c’est être heureux; ce n’est pas de faire croire aux autres qu’on l’est.» Jules Renard

Salut le gros!

Juste un petit mot pour te dire que je suis avec toi en pensée, profites de ce moment pour prendre soin de toi, c’est sûr que tu ressortiras de cette épreuve grandi, c’est pas évident pour l’instant d’être d’accord avec cette affirmation, mais fais toi confiance, crois en toi et en la vie…Nous sommes tous avec toi dans cette épreuve car on t’aime beaucoup et on veut que tu nous reviennes en santé et qu’on puisse continuer à «péter» de la broue ensemble… Si jamais tu as besoin d’une oreille, ou d’aide pour n’importe quoi, svp appelle moi cela me fera plaisir….Quand j’ai plié un genou dans le passé, la vie m’a mis des gens sur mon chemin que je ne connaissais pas et qui m’ont aidé à me relever, le plus dur parfois c’est d’accepter d’être aidé et d’accepter que nous sommes des humains et non des surhumains avec nos forces et nos faiblesses et que dans le fond nous sommes tous pareils….Moi j’ai toujours appelé ça «ma traversée du désert», ça peut être pénible parfois mais à l’occasion tu rencontreras un oasis où tu t’apercevras que la vie ne t’a pas lâchée et tu continueras ton chemin tout en profitant du temps que tu auras pour te retrouver (chose que l’on ne fait plus souvent) et t’apprivoiser. La vie mettra des gens sur ton chemin pour te soutenir durant cette traversée et finalement un jour tu t’apercevras que tu l’auras traversé ce désert et tu verras la vie sous un autre angle……tu auras grandi mon chum. Le soleil brille toujours!

Bonne chance le gros et n’oublie pas que je suis là si tu as besoin de quoi que ce soit!



Comments are closed.